Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Editos
Le plus bel amour ne va pas loin, si on le regarde courir
dimanche 4 février 2018
par Père Florentin Palangi Mopela

Mes chers paroissiens et paroissiennes !

Voilà bientôt un mois que nous sommes entrés dans l’année 2018 et nous voici déjà au mois de février. Comme, il court vite le temps. Deux semaines de pluie non-stop, nous laisse réaliser combien ce temps passe vite. Comme on dit : « Après la pluie, si tu ne trouves pas ton jardin arrosé, tu le retrouveras inondé ». C’est peut-être le cas de le dire ! Certains d’entre nous n’ont-ils pas eu, les pieds dans l’eau, des jardins et caves inondés ? Mes frères, demeurons fermes dans la foi et l’espérance, « comme les essuie-glaces, qui permettent d’avancer même s’ils n’arrêtent pas la pluie » Car la vie c’est comme une fleur : elle a besoin de soleil et de pluie pour s’épanouir tout comme nous en avons tous besoin pour notre propre épanouissement.

Mais hélas que le mois de Février que nous commençons va être encore le mois le plus court de l’année. Mais, cette vitesse dans le temps ne doit donc pas nous perturber. Nous entrons dans ce mois, plus que jamais forts de la célébration de la Chandeleur, en laquelle fête, nous aimerions accueillir le Soleil et la Lumière de Dieu dans nos vies. Lui qui a envoyé son Fils par pure gratuité et par un amour désintéressé sauver l’humanité noyée par le péché. Ainsi pourrons-nous célébrer dans un esprit chrétien la saint Valentin qui coïncide cette année avec l’entrée en Carême par l’imposition des cendres. Car pour le chrétien, vivre l’amour c’est d’abord se ressourcer à la chaleur de l’Amour de Celui qui nous a aimés le premier. Ainsi, laissons-nous inviter par cet antienne d’introduction au carême : «  les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu » qui nous conduira jusqu’à la célébration de Pâques. Entrer dans le combat de Dieu, c’est tout d’abord accueillir la révélation de cet amour infini que Dieu a pour chaque créature humaine jusqu’au point de la faire entrer dans sa propre intimité de Dieu. Il nous faut assez d’humilité pour entrer dans ce combat de Dieu, car nous avons du mal parfois à reconnaître notre faiblesse et nos fragilités quand nous regardons que notre côté positif et, c’est du reste pourquoi, pour ces mêmes raisons, nous avons aussi bien du mal à aimer notre prochain.

En attendant de nous retrouver tous comme un seul homme au premier rang de ce combat dont le Christ est la Tête, je vous envoie les rayons du soleil de mon cœur plein d’affection pour vous et vous souhaite d’ici-là une belle entrée en carême.

Votre indigne serviteur, Père Florentin Palangi


Répondre à cet article
 
 

Fatal error: Call to undefined function optimiser_base_une_table() in /home/paroissef/www/plugins/corbeille_2_0/corbeille_options.php on line 18